Superlink me

Portes ouvertes 2009

7 mars 2009 | par Christian Porri

[màj] Hélas, comme vous l’aurez remarqué, je n’étais pas présent lors de ces portes ouvertes, j’espère que certains d’entre-vous ont pris des photos…

L’ESAD de Reims ouvrira ses portes au public durant 2 jours les 13 et 14 mars 2009, de 10h à 19h.

Pour vous autres étudiants, cela va vous demander une forte mobilisation. Olaf Avenati et moi avons placé d’anciens projets d’étudiants pouvant être mis en consultation. Ces projets se trouvent en salle 204, sur les postes 59, dans le dossier espace local (nommé Pour Christian Porri) et 57, dans un dossier sur le bureau (nommé Portes ouvertes-sélection 2009).

Les projets présents dans les dossiers sont classés par années et par intitulés de sujets. Ils s’étalent sur une période de 2003 à 2009. J’entends par projets autonomes des projets pouvant être consultés seul sur un poste. Les projets autonomes à relancer sont des projets de type animation qui ne tournent pas en boucle et doivent être relancés manuellement. Les projets accompagnés sont des projets dont la consultation nécessite la présence d’un étudiant pour conduire la navigation et gérer les parties inactives d’une maquette de projet.

Les projets se composent comme suit :

> Lire la suite…


Independent Games Festival 2009

3 mars 2009 | par Christian Porri

J’ai souvent présenté en cours le jeu vidéo comme une expérience multimédia majeure. Il est également un terrain d’expérimentation plutôt fertile sur l’interactivité des technologies informatiques et le sens qu’elle apporte à nos relations. Son influence est palpable sur tout les secteurs de productions artistiques ou liés au design. Et pourtant nous en avons peu d’écho et nous lui portons professionnellement peu d’intérêt.

Façade de Interactive Story

Il y a plusieurs raisons à cela. Outre le fait que la profession du graphisme est souvent ancrée sur Macintosh, qui historiquement et culturellement n’est pas une bonne plateforme vidéo-ludique, nous appréhendons souvent le jeu vidéo par un aspect ludique consumériste. La console de jeu vidéo repose hélas sur ce modèle d’utilisation de consommation, à échelle industrielle. Pour beaucoup d’entre vous, qui ne jouez pas, le rapport au jeu vidéo ne se fait que par les campagnes de communication sur des produits ludiques vendus comme des blockbusters hollywoodiens mais il serait dommage de s’arrêter à ça…

> Lire la suite…


Design d’information : design d’opinion ?

11 novembre 2008 | par Christian Porri

Voici une application directe du design d’information sur lequel vous, étudiants de 1ère et 3ème années, travaillez à des niveaux différents. L’institut de recherche Linkfluence utilise le design d’information pour visualiser et ainsi mieux analyser le web social (c’est à dire un ensemble de blogs et sites d’informations étant des vecteurs influents d’opinions). Les données, une fois intégrées dans un système graphique, permettent de mieux comprendre, de visualiser des flux d’opinions qui sont traditionnellement plutôt abstrait à cerner et étudier. Je vous laisse imaginer facilement les applications directes, sociales, commerciales et politiques de ce genre de recherches dans notre société et, par conséquence, l’intérêt de tous ces acteurs pour le design d’information. Cette dernière actualité ne me démentira pas.

> Lire la suite…


Le DVD SF/CW07 est disponible !

1 octobre 2008 | par Christian Porri

dvdsfcw

Avant d’attaquer en fin d’année une nouvelle semaine folle, replongez-vous dans l’édition 2007 ; Désormais disponible au secrétariat pour visionnage.

La pochette du DVD a été réalisé par Sarah Poletti, la fabrication du DVD (pressage/impression) a été confiée à l’agence fr-Connexion.
Il en a été tiré 300 exemplaires qui permettront à l’école de faire sa promotion auprès des différents partenaires et organismes de presse spécialisée.

 

Pour plus de détails sur le programme du DVD, son contenu, vous pouvez vous référer à ce billet publié plus tôt.


One Laptop Per Studient

21 mai 2008 | par Christian Porri

XO by Fuse Project Le projet OLPC (One Laptop Per Child) est maintenant connu en substance, j’espère, de tous. Il s’agit du projet mené par Nicholas Negroponte au MIT, visant à une démocratisation très poussée de l’accès au réseau informatisé planétaire pour les enfants de pays en voie de développement. Le projet a donné naissance au XO, un ordinateur portable. Il a été et est certainement critiquable sur plusieurs aspects mais ce projet et son développement nous concerne en premier lieu ici à l’ESAD :

Cet ordinateur portable ne devait pas coûter cher à produire et doit pouvoir être distribué dans des pays où les infrastructures techniques électriques et de télécommunications ne sont pas aussi abouties que chez nous. Le projet entre donc pleinement dans un cahier des charges de type « éco-conception », concept devenu cher à l’école.

Cet ordinateur portable était également un projet de design : il s’agissait de réunir des matériaux très économiques, au sacrifice d’un certain confort d’utilisation. Ce qui est un schéma peu habituel de la production standard, qui vise une qualité minimum, propre à nos marchés de pays riches. Cette impossibilité de rentrer dans un modèle déjà produit auparavant ajouté à l’objectif de s’adresser à des enfant en premier lieu à conduit les dirigeants du projet à chercher un design produit approprié. Du côté de l’utilisation, il était également impossible de se caler sur nos logiciels et OS, trop spécialisés et coûteux en développement et marketing. Le design s’est donc étendu à l’interface graphique, nommée Sugar, pour proposer des fonctions basiques adaptés aux spécificités de la machine et de ses futurs utilisateurs. Inutile de préciser le rapport de l’école avec cette problématique du design.

> Lire la suite…


Bilan : rendu du 17 décembre 2007

26 décembre 2007 | par Christian Porri

Bravo aux étudiants pour l’organisation du rendu qui s’est déroulé comme convenu en salle 202. La journée (longue) a permis de démontrer que la nature indéfinie de la restitution du projet n’en était pas pour autant informelle. Les accrochages étaient de qualité et ont été eux-même sujet d’un travail plastique.
Le sujet était ambitieux dans la mesure où sa réponse était à définir au fur et à mesure de l’avancement dans le projet. Chacun devait donc, à la manière d’un projet personnel, le diriger à sa façon. Certains ont eu plus de facilités que d’autres à le faire, parvenant à maîtriser leur propos malgré un avancement à tâtons. D’autres ont eu plus de difficultés à tirer un propos clair et une direction du support image qu’ils avaient choisi.
Aussi la participation, certes perfectible, du groupe à la présentation du rendu de chacun permettra, je l’espère, à ceux ayant eu des difficultés, de mieux cerner les champs d’ouvertures possible à leur réponse.

Préparation du renduPréparation du renduPréparation du rendu

Pour l’ensemble, l’obligation de composer du texte et d’organiser des éléments picturaux a forcément permis de travailler graphiquement. On mesure là l’influence du support papier qui continu de dicter la composition. Ce qui reste normal en 2e année et je dirais même que de ce point de vue graphique, il y avait beaucoup de qualité.
D’une façon générale, il est clair que la problématique d’une composition graphique harmonieuse par un usage hiérarchisé de la typographie est intégrée. Reste désormais à porter cette culture du visuel « fixe » sur un écran, avec des notions de médias multiples (image, son, mouvement) et d’interactivité : de design de la manipulation de ces médias. Ce que certains projets ont très justement questionné. Il en ressort donc qu’il faut enrichir les connaissances du multimédia, en terme d’histoire, de concepts, etc. L’école fait ce qu’elle peut de son côté, il faut poursuivre les efforts individuellement. Les livres concernant le domaine ne manquent pas, ceux qui sont pertinents ne sont pas forcément accessibles et souvent en anglais (Peut-être y remédierez-vous plus tard). Le web est donc le vecteur de culture de l’objet interactif le plus accessible. Par chance il est un des plus riches, en tant que source et en tant qu’objet en soi.
En effet, popularisé depuis plus de dix ans, le web est devenu un véritable terrain de design d’interfaces pour explorer les possibilités d’interactions avec des médias. Le logiciel Flash, notamment, a rendu plus accessible cette pratique que les autres supports type jeux, logiciels ou systèmes d’exploitations.

Ce sujet était une entrée en matière, un peu ardue, de ce qu’est fondamentalement le design multimédia : du design d’information. Ce design réside en un objet interactif constitué d’un contenu (pas nécessairement visible simultanément) et d’une interface (qui sert à manipuler, afficher, etc. ce contenu). La question centrale de tout travail de communication reste le même : faire passer son message et travailler le design que revêt sa forme. Il est donc toujours important de bien définir ce que l’on veut dire ou montrer et de travailler chaque détail pour servir ce propos ; tant les aspects visuels que les aspects scénographiques ou fonctionnels. Certains ont donc bien exploré la manipulation des éléments à l’écran sur leur projet ou ont réfléchi à la nature conceptuelle de leur interface en relation avec certains concepts actuels du Web, félicitations.

J’espère donc que cette introduction aux problématiques de design interactif vous amènera à porter cette réflexion sur l’ensemble de vos projets, du point de vue de leur communication et/ou, mieux, de vous voir directement pousser cette exploration en 3e année graphisme et multimédia.

Ci-dessous, un aperçu de certains projets présentés, par ordre d’apparition : Christelle Sajas (1 et 2) ; Adrien Petrucci (3 et 4) ; Laure Stromboni (5, 6 et 7) ; Constance Laisne (8 à 14) ; Olivier Cortès (15, 16 et 17) ; Charlène Boistault (18 et 19) ; Gaspard Graulich (20) ; Fleur Lecoester (21) ; Emmanuelle Goutal (22) ; Marion Frébourg (23 et 24) ; Claire Baudrimont (25 et 26) ; Louise-Clémence Grenier (27 et 28) ; Geoffroy Gillant ( 29 et 30).

Christel SajasChristel SajasAdrien Petrucci 
Adrien PetrucciLaure StromboniLaure Stromboni
Laure StromboniConstance Laisne / Jeff WallConstance Laisne
Constance LaisneConstance LaisneConstance Laisne
Constance LaisneConstance LaisneOlivier Cortes
Olivier CortesOlivier CortesCharlène Boistault
Charlène BoistaultGaspard GraulichFleur Lecoester
Emmanuelle GoutalMarion FrebourgMarion Frebourg
Claire BaudrimontClaire BaudrimontLouise-Clémence Grenier
Louise-Clémence GrenierGoeffroy GillantGoeffroy Gillant

Merci aux étudiants (présentés ici ainsi qu’aux autres – dont les projets n’en étaient pas moins intéressants), leur nom apparaît en légende d’image au survol de la souris.


Propulsé par WordPress | Sur un thème de Tamanta Famiglia | Creative Commons License